Publicité

Veille technologique



La veille technologique reste souvent associée aux activités de documentation ou d´archivage. Les veilleurs actuels gèrent encore l´information de manière statique, accumulant un volume impressionnant de données que très peu auront envie de consulter. Il est clair qu’il ne sert à rien d’archiver des milliards d’octets de données si celles-ci ne servent à personne car peu exploitables. L´intérêt premier d’une veille intelligente est de rester en contact avec la concurrence... (oui, même entre associations) et surtout à ne pas s´isoler.

L´évolution des systèmes d´informations et la multiplication des réseaux informatiques (Internet, portails, forums...) ont contribué à rendre l´information toujours plus disponible et à éveiller des curiosités individuelles de veilleurs. Leur but : obtenir les informations pertinentes et utiles au groupe afin de lui permettre une bonne réactivité face aux informations capitales et aux évolutions technologiques qui pourraient surgir et s’averer vitales pour l’avenir de l’association.

Comment s’y prendre ?

La discipline est la vertue première du veilleur. Les 3 mots clé associés sont :

1. Collecter, cette phase d´observation nécessite les compétences d’un vrai traqueur de l´information sur Internet. Vous possédez peut-être ces compétences en interne sans le savoir. A la prochaine AG, faites circuler l’information et mettez-les à profit. L´enjeu est de fédérer des activités de veille souvent individuelles, donc sans avenir...

2. Analyser, le volume des informations collectées implique un traitement efficace : grille de lecture, ciblage thématique, vocable spécifique, loi de répartition des informations... Certes, il existe des outils logiciels de traitement avancé qui peuvent vous aider. Mais, ils coûtent cher et nécessitent une formation longue et peu rentable par le simple jeu des mises à jour successives. le plus simple est encore de compter sur les hommes. Fédérer une équipe même petite autour de l’analyse d’information est la plus rentables des solutions. Ainsi, le système d´information de votre association se positionnera d´avantage comme un outil générateur de valeur ajoutée et non plus réduit à sa simple fonction de support.

3. Décider, c´est bien sûr l´étape la plus importante. L´intégration de l´information interprétée dans les processus de décision et d´action de l’association. Elle suppose une réelle sensibilisation du bureau à l’implication immédiate des résultats de la veille. Cette réactivité est aussi un gage de motivation supplémentaire de l’équipe des veilleurs.

Un exemple ?

Une petit illustration par l’exemple de ce que peut apporter la veille au sein d’une association. Il est décidé lors d’une AG d’ouvrir les activités de l’association au multimédia. Oui et comment s’y prendre ? Où se renseigner ? Quels sont les acteurs qui comptent ? Comment financer le projet ? Les réponses seront apportées par la veille effectuées sur le sujet au sein d’une équipe structurée pour cela. Réponse à cet exemple : Le Fondation de France subventionne et aide le développement du multimédia avec les associations. Ce site est l’exemple même du site traqué par les veilleurs associatifs. Il n’est pas le seul... (à suivre)

Faites un micro don gratuitement pour les cagnottes solidaires

Nombre de dons au 23-07-2017

Je fais un micro don gratuit


Publicité


Soutenez gratuitement
nos associations partenaires

Nombre de dons au 23-07-2017

Je fais un micro don gratuit


Publicité


Publicité

Eurosolidaire est la plate-forme d'échange solidaire de référence vous permettant de déposer vos annonces tout en accomplissant une bonne action. Pour chaque annonce déposée sur le site, Eurosolidaire reverse entre 1 et 5 euro(s) à un organisme caritatif.
Veille technologique