Publicité

Stratégie nationale de développement durable



L’adoption le 3 juin dernier d’une stratégie nationale de développement durable pour les cinq prochaines années, prouve l’engagement décisif du Gouvernement en faveur du développement durable. Engagée dès la préparation du Sommet de Johannesbourg au printemps 2002, cette démarche s’est également traduite par l’élaboration d’une Charte de l’environnement qui sera adossée à la Constitution et par la réaffirmation régulière de la nécessité d’un engagement mondial dans ce domaine, à l’occasion de diverses rencontres internationales telles que le Sommet du G8 à Evian ou le Forum mondial de l’eau à Kyoto. Point de départ de cet engagement, un nouveau principe : celui de développement durable. Défini comme un développement répondant aux besoins du présent, sans compromettre la capacité des générations futures à répondre aux leurs, ce concept est désormais placé au coeur de l’action publique.

C’est à l’occasion de la première réunion du Comité interministériel pour le développement durable, le 3 juin 2003 qu’a été adoptée la Stratégie nationale de développement durable (SNDD). Une stratégie pragmatique et concrète qui doit doter le Gouvernement d’un cadre d’intervention pour les cinq années à venir.

Faisant l’objet d’une évaluation annuelle, cette SNDD s’articule autour de six axes stratégiques :
1. permettre la participation de tous les acteurs via une véritable éducation à l’environnement (expérimentations prévues dans 9 académies dès la rentrée prochaine et généralisation à la rentrée 2004);
2. contribuer à une gestion durable des territoires par la mise en place de démarches locales de développement durable;
3. parvenir à une croissance économique plus respectueuse de l’environnement grâce à une plus grande sensibilisation des entreprises et des consommateurs;
4. mieux prévenir les risques et les pollutions en combinant prévention, précaution et répression (création de 400 postes d’inspecteurs des installations classées d’ici 2007, à titre d’exemple);
5. favoriser l’exemplarité de l’Etat dans ce domaine avec la fixation d’objectifs précis en matière d’éco-responsabilité (économies d’eau, papiers recyclés, renouvellement de la flotte de véhicules propres, etc);
6. renforcer l’action internationale en matière de gouvernance du développement durable, notamment en direction de l’Afrique.

Cette première réunion du Comité interministériel pour le développement durable (CIDD) a aussi permis de dresser un bilan des mesures arrêtées lors du séminaire gouvernemental du 28 novembre dernier. Rappelons qu’à l’occasion de ce séminaire, le Gouvernement s’était donné comme objectif de promouvoir un autre modèle de développement, en rupture avec le modèle suivi par les pays industrialisés au cours des cinquante dernières années. Il a arrêté, à partir des propositions de la Commission Coppens, un concept de développement durable répondant à trois principes :
1. Principe de solidarité : solidarité entre les peuples et les générations. Le développement doit profiter à toutes les populations.
2. Principe de précaution : se donner la possibilité de revenir sur des actions lorsque leurs conséquences sont aléatoires ou imprévisibles
3. Principe de participation : associer la population aux prises de décision.

Source : environnement.gouv.fr

Faites un micro don gratuitement pour les cagnottes solidaires

Nombre de dons au 22-07-2017

Je fais un micro don gratuit


Publicité


Soutenez gratuitement
nos associations partenaires

Nombre de dons au 22-07-2017

Je fais un micro don gratuit


Publicité


Publicité

Eurosolidaire est la plate-forme d'échange solidaire de référence vous permettant de déposer vos annonces tout en accomplissant une bonne action. Pour chaque annonce déposée sur le site, Eurosolidaire reverse entre 1 et 5 euro(s) à un organisme caritatif.
Stratégie nationale de développement durable